Réglages Grand Surprise

Extraits de l'excellent site http://voilehabitable.org

Données de base

Longueur H.T. 9.54 m

Longueur de flottaison 8.93 m

Largeur maxi 2.98 m

Largeur de flottaison 2.15 m

Tirant d'eau 2.05 m

Déplacement 2700 Kg

Quille 1050 Kg

CG quille -1.50 m / wl

Distance entre cadènes 2.04 m

Angle cadène 20° AR

Grand' voile ? 33.36 m²

Foc = 22.50 m²

Spi (symétrique)  = 76.55 m²

 

Voilure en fonction du vent réel en régate:

0 – 25N : Solent + GV

25– 30N : ORC + GV, par mer plate et 6 équipiers dès 20N

30 – 35N : ORC + GV 1ris

45 – 45N : Tourmentin + GV 2ris

Réglages au près:

Observation des voiles d’avant depuis l’arrière du winch de cockpit. Les écoutes des voiles d’avant passent entre bas haubans et mat.

Repères visualisation sur 1ère barre de flèche bandes rouges

R1-10cm

R2-15cm

R3-40cm

Repères du roller de l’arrière à l’avant, en nombre de vis par rapport avant rail :

S-1 – Vis 9

S0 – Vis 8 En face des haubans

S+1 – Vis 7

S+2 – Vis 6 L’arrière du roller sur les anneaux de guidage du hale-bas de tangon.

Dans ce qui suit, le milieu du roller est à la marque donnée. Les réglages sont optimisés pour un génois de marque « Incidence » en Pentex mylar/mylar coupe T cut

triradiale. Pour d’autres Solent plus creux (X voile par exemple), reculer d’un demi repère.

La bordure de la voile d'avant ne doit jamais être tendue mais présenter un creux visible.

Solent :

Vers 3N, ou si vent cisaillé en altitude, roller en avant de S+2, chute entre R1 et R2.

10N roller S+2, chute R1 la voile marque la filière en bas,

11-16N roller S+1, chute R1

16-20N roller S0, chute extrémité barre de flèche.

21-25N roller S-1, chute extrémité barre de flèche.

La forme du solent est notablement influencée par la tension du pataras et de la drisse, ainsi si l'on touche au régalage pataras ou de la drisse il faut reprendre le

réglage de l’écoute.

+ de pataras ouvre la chute du solent, il faut + d'écoute pour lui garder la même forme

+ de drisse avance le creux ferme la chute du solent, il faut – d’écoute pour lui garder la même forme.

ORC :

20N – 25N roller S+2, chute juste à R3 mais pas plus bordé, voile vue légèrement creuse en bas , à mi chemin entre les filières et la ligne droite.

Au delà 25N roller S+1, chute entre R2 et R3 à 30cm, voile vue pas trop plate en bas

GV :

Un déficit de cap = GV pas assez bordée, centrée.

En dessous de 6N, chariot de GV au cale pied au vent, voile bordée bôme presque dans l’axe et penon supérieur juste à décrocher

8/9 N chariot de GV centré.

Dés 12N voir en dessous si on cherche à faire du cap, commencer à tendre le pataras

20N Chariot sous le vent au cale-pied, pataras pris à fond. Voile bordée au max et régulée pour une gîte qui ne mette pas le liston dans l’eau avec le chariot et le palan fin.

La vision de l’étai que l’on a de la barre ou du coin du tableau arrière au vent (tacticien) permet de juger du creux au guindant du génois donné par la tension du

pataras et de l’écoute de la voile d’avant :

-Ecoute génois trop bordée ou pataras trop mou, l’étai est vu croisant le mat près sous la seconde barre de flèche

- Ecoute et pataras corrects, l’étai croise le mat à la seconde barre de flèche.

Spi :

L'écoute et le bras passent à l'extérieur des filières. Avec un solent ne couvrant pas les barres de flèche, la drisse peut être bloquée devant les barres de flèche par un mousqueton fixé au bas des haubans bâbord .

Le spi est gréé à bâbord (pour un envoi tribord amure) et récupéré par le capot avant directement au fond du bateau avec l'aide du piano.

Envoi Gybe-set ou bâbord amure : le tangon peut être mis en place hissé à bâbord. Il passe entre la chute du solent et les haubans. Le bras est gréé à l'extrémité. Attention à mettre la drisse retenue au pied devant le tangon si on l'a retenu au pied des haubans. Nous déconseillons ce type d’envoi car ralentit trop le bateau, mieux vaut envoyer bear-away sans tangon, gonfler le spi et empanner.

Gestion des Winchs sous spi: On utilise pour bras et écoute les deux winchs de roof.

Avant l’envoi, enlever les drisses de GV et de génois des winchs de roof. A l’affalage, les régleurs après avoir largué écoute puis bras, étarquent les drisses de GV et de Solent sur les winchs de roof avant de monter au rappel.

Une alternative est de mettre le bras tribord sur le winch de cockpit bâbord avant l'affalage pour libérer le winch permettant d'étarquer la drisse de Solent.

Au dernier affalage de spi, dans la brise, pour le bord de largue d'arrivée de certains parcours tactiques on utilise le winch de cockpit bâbord au vent pour régler au vent le solent sur le bord de débridé

Au largue sous spi dans la brise, bras sur le winch de cockpit au vent et écoute sur le winch de roof au vent.

Positions à bord :

Le bateau est très sensible au placement des équipiers ce point doit faire l’objet d’une attention permanente. Il faut détendre la filière inférieure pour un rappel maximum ;

Passage d’un bord sur l’autre au près dans le médium et la brise: Le N°1 doit passer sous le hâle bas de GV, en glissant sur le capot (qui doit être fermé) et pied en avant.

Le pianiste passe par le cockpit, comme les régleurs.

Par vent très faible, inf à 5N, Au prés comme au portant il est impératif de mettre tout le poids à l'avant, y compris en déplaçant le mouillage et le radeau de survie ou un équipier (un régleur) à l'intérieur dans le triangle avant, le n°1 et le pianiste sont allongés sous le vent à l'avant du bateau.

Au près par brise faible entre 5N et 8N :

Régleur Voile avant sous le vent et règle en permanence, autres équipiers au rappel

De l'arrière à l'avant :

Barreur – Régleur GV – chandel 1 - Tacticien - Régleur bordant au vent - chandel 2 - Pianiste – haubans - Numéro 1

Au près dans le médium 8 à 18N peu de clapot :

Tout l’équipage est au rappel.

De l’arrière à l’avant :

Barreur – Régleur GV – chandel 1 - Tacticien - Régleur voile avant descendant sous le vent pour choquer - Régleur bordant au vent - Pianiste – chandel 2 - Numéro 1

Au près dans la brise sup 18N et dans clapot :

De l’arrière à l’avant

Barreur – Régleur GV - Tacticien - chandel 1 - Régleur voile avant descendant sous le vent pour choquer - Régleur bordant au vent - Pianiste – Numéro 1 chandel 2

 Au portant dans la brise :

se reculer au maximum les régleurs reculent au niveau du chariot de GV et le reste de l'équipage est derrière le barreur.

Au largue dans la brise sous spi:

tout l'équipage au rappel et reculé, numéro 1 la main sur le hâle bas GV au niveau du winch de roof, régleur écoute sur le winch de roof au vent, régleur de bras au winch de cockpit au vent. Piano, tacticien au rappel derrière GV et barreur.

Conduite :

Près :

 A 12N de vent, vitesse cible au près de 6,2N

à 20N et au delà, vitesse cible au près de 6,5N

Dés que le bateau tombe en dessous de la vitesse cible, on relance en choquant la GV et aussi le génois dans le petit temps . La GV est ensuite rebordée quand le bateau est repassé au dessus de la vitesse cible.

Virement de bord : dès 12N de vent réel border très vite et remonter au rappel car le bateau gîté n'avance pas. Relance en choquant la GV et en creusant les voiles par choqué du pataras. Une fois la vitesse acquise après le virement, le régleur de génois redescend sous le vent affiner le réglage.

Débridé :

 Dans la brise, l'impératif est l'assiette latérale et longitudinale du bateau. Faire un rappel maximal est prioritaire (en outre plus on est abattu, plus on se recule).

Portant et débridé :

Le bateau surfe facilement sur les vagues, mais il faut bien coordonner les actions : loffer lorsque le sommet de la vague est passé pour reprendre de la vitesse (bateau ralenti et vent adonnant) le régleur suit en bordant le spi, le tangon est débrassé. A l'arrivée du sommet de la vague suivante, le bateau surfe si il a pris suffisamment de vitesse (le bateau accélère et le vent refuse rapidement) le régleur borde énergiquement le spi (le tangon peut suivre si l'accélération est importante), la GV est pompée et le barreur abat pour re gagner sous le vent, on choque les voiles, le tangon est rebrassé à la fin du surf lorsque le bateau abandonne la vague et que le vent adonne avec le bateau qui ralentit et ainsi de suite.

Cette conduite nécessite un dialogue permanent à quatre : la GV annonce les vagues, le barreur annonce ses changements de trajectoire, les régleurs transmettent leurs actions

Par vent supérieur à 12N et de la houle arrière, le surf est obtenu comme décrit ci dessus, et on abat jusqu'à être fausse panne tant que l'on est en vitesse porté par la vague. Mais attention à ne pas trop tomber en vitesse lorsque la vague abandonne le bateau.

Particularités tactiques :

1) Près : On peut virer assez souvent car le bateau perd moins qu'un bateau lourd dans les virements et est plus sensible aux dévents.

2) Portant : Par petit temps, On perd peu à sortir du cadre et faire une route plus pointue que l’optimum car le bateau accélère vite lorsque l’on lofe au grand largue,

c'est important si il y a du clapot. On peut donc empanner plus souvent pour, traverser le plan d’eau afin de chercher la pression.

Dés 12N de vent, la route vent arrière est possible, surtout si les surfs sur les vagues permettent de gagner sous le vent en fausse panne.

3) on peut se permettre d'être juste sur les lay -lines car comme bateau vire ou empanne rapidement, on peut se repositionner sur la lay -line si on est en dessous,

mais il faut que l'équipage suive la cadence.

Repère sur le pataras

Mettre des marques ( 1cm de Greytape roulé) sur le premier tronçon métallique du hâle-bas. Marque 0 (régler la retenue en conséquence) lorsque pataras non pris, elle affleure la première poulie en amont. Mesurer la longueur prise au maxi et partager en dix marques. Lorsque le pataras est pris au maximum, toutes les marques ont passé la poulie.

Gérer les croisements au près

Positionné au rappel au chandelier 1 (par rapport à l’arrière du bateau) : Si voilier croisé au près vu sous le vent en arrière du winch roof, on passe devant.

Modifier le réglage du mat en fonction de la force du vent :

Vent faible (Inf à 8n): possible de donner du creux au solent, détendre les V/galhaubans (étai moins tendu) les D1 sont aussi détendus pour conserver le même précintre du mat. En pratique nous ne conseillons pas de toucher au réglage du mat car il est rare de naviguer dans un vent inférieur à 8n et la tension de l’étai, pataras non pris, est déjà relativement avec les réglages de mat que nous préconisons.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×